• Introduction à l'histoire militaire
Introduction à l'histoire militaire

Introduction à l'histoire militaire

En art militaire, quiconque a vraiment l'ambition d'accéder à la recherche prospective doit d'abord commencer par l'Hist oire. Quand le maréchal Foch affirme à propos de l'Histoire : «Il faut d'abord apprendre à penser», c'est cela qu'il veut dire. Dans l'armée moderne, on se préoccupe beaucoup de faire des techniciens. On a raison ; ils sont indispensables. Mais cela ne doit pas masquer les nécessités culturelles. Car ce ne sont pas les techniciens qui gagnent les batailles, mais les chefs cultivés. Et la culture résulte, comme l'écrivait Gaston Berger, de «cet exercice de l'intelligence qui consiste à faire des analyses et des synthèses». Une culture ne peut pas être que scientifique, elle s'abaisserait au niveau d'une technique. Elle doit être aussi scientifique et c'est tout autre chose. Ce livre prouve qu'en matière historique, il est possible d'unir la rigueur scientifique et l'imagination créatrice. Pour l'écrire, il fallait non seulement un soldat pleinement averti des nécessités de sa profession, mais un soldat cultivé. C'est une grâce que nous souhaitons à tous ceux qui vou­dront bien le suivre et profiter de son oeuvre. Extrait du livre : Rôle de l'Histoire militaire dans la formation des officiers La formation d'un officier repose essentiellement sur deux bases, l'une morale, l'autre technique. L'empreinte morale est un facteur de cohésion. Elle affermit la vocation et fonde cet esprit militaire qui fait dire à Psichari : «Nous ne sommes qu'un moyen pour le Pays, mais nous sommes un but pour nous-mêmes et pour les autres. C'est très important pour tout le monde... Notre rôle à nous, c'est de maintenir un idéal militaire, non pas nationalement militaire, mais militairement militaire.» Le développement technique est un facteur de divergence. L'armée a besoin d'une grande variété de tacticiens, d'organisateurs, d'administrateurs, de praticiens et de savants. Plus elle se diversifie, moins elle laisse place à la polyvalence. De l'entrée à l'école jusqu'à la retraite, un officier est contraint aux options successives. La seule discipline qui, en tous temps, ait à la fois contribué à transmettre l'empreinte morale, comme à maintenir un facteur commun dans le développement technique, c'est l'Histoire militaire. Elle permet d'apprendre à sentir et penser en soldat, tout en dominant la variété des techniques et la rigidité des règlements. La méfiance ou le mépris dans lesquels on maintient l'Histoire militaire tient à deux causes intimement liées : - l'ignorance de l'évolution des théories interprétatives de l'Histoire générale ; - la méconnaissance des possibilités et des limites de l'Histoire militaire. Voir la suite

  • 2702510949

  • Lavauzelle

  • Histoire Memoire Et Patrimoine

  • Histoire Memoire Et Patrimoine