• Décadrages : Drones, cartographie et images automatisées
Décadrages : Drones, cartographie et images automatisées

Décadrages : Drones, cartographie et images automatisées

Le dossier «Drones, cartographie et images automatisées » aborde la production d'images par ces technologies - les satel lites, les sondes spatiales, Google Maps, les caméras de surveillance, les téléphones portables ou les drones - afin d'en interroger les implications a` des niveaux très divers. En analysant la représentation de ces dispositifs de surveillance dans le cinéma d'action hollywoodien, Alain Boillat examine autant l'expression implicite des angoisses suscitées par l'utilisation de ces technologies a` travers leur manifestation diégétique que leurs caractéristiques visuelles et narratives, en insistant sur l'interconnexion entre les proprie´te´s des machines figurées et le support médiatique qui les représente : le cinéma lui-même. En retrac¸ant leur ge´ne´alogie dans le cine´ma de science-fiction et en analysant leur utilisation exponentielle dans le cine´ma dominant depuis les attaques du 11 septembre 2001, l'auteur propose une e´tude syste´matique des enjeux multiples que posent ces entite´s machiniques autonomes. Selim Krichane questionne le statut de l'image photographique au sein du syste`me de cartographie Google Maps, interrogeant le re´gime scopique spe´cifique de ce type d'interfaces, dans lesquelles visualisation et mode´lisation tendent a` converger. A travers un prisme the´orique issu du champ des nouveaux me´dias, Krichane e´value le statut de ces re´ali- te´s ge´ne´re´es par des algorithmes, afin d'appre´hender le ro^le du spectateur humain dans cette e´conomie automatise´e. Claus Gunti quant a` lui interroge diverses pratiques artistiques base´es sur l'utilisation de photographies enregistre´es par des machines (sondes spatiales, drones ou Google Street View) et de de´marches base´es sur des images pre´existantes tire´es d'internet, esquissant les implications esthe´tiques et politiques de l'image automatise´e dans le champ de l'art contemporain. Par son intervention photographique Shooting animals, re´alise´e dans le cadre d'un projet de recherche de master a` l'Ecole cantonale d'art de Lausanne, Laurence Kubski questionne les particularite´s techniques et les re`gles de´ontologiques pre´sidant a` la re´alisation de documentaires animaliers; son travail re´ve`le l'e´tonnante proximite´ visuelle, terminologique ou technologique entre l'univers de la chasse et celui de la capture d'images. A travers un examen de la notion de responsabilite´ dans la tradition re´publicaine, Marc-Andre´ Weber introduit une re´flexion e´thique sur l'emploi de drones dans les conflits arme´s. Retrac¸ant les origines de la de´politisation de la guerre et de sa dimension spectaculaire, l'auteur pointe le ro^le de la de´responsabilisation du citoyen, cause principale de ces de´veloppements. Quant a` Joe¨l Vacheron, il interroge la prolife´ration de technologies de gestion informatique de flux vide´o dans le cadre de pratiques de surveillance (reconnaissance faciale, etc.). Sa re´flexion se concentre sur le constat de la transformation graduelle de la fonction strictement informationnelle de la vide´osurveillance en acte de´cisionnel automatise´ et autonome, qui e´vacue progressivement le facteur humain de son e´conomie. Enfin, l'article de Derek Gregory traduit de l'anglais e´tablit une topographie du drone dans un contexte militaire, e´valuant la dimension disruptive des espaces multiples - centres de contro^le aux Etats-Unis, pays surveille´s ou zones attaque´es, corps des victimes, espaces juridiques, etc. - qui participent a` son fonctionnement. Voir la suite

  • 2970066882

  • Revue Decadrages

  • Revue Decadrages